Mali

Mali

OMA : Communiqué des marchés Agricoles du 23 au 29 Juillet 2020

Post date Sunday, 21 November, 2021 - 21:10
Document Type Periodic Monitoring Report
Content Themes Markets
Sources Other

A l’instar des périodes antérieures, les marchés céréaliers se maintiennent dans un état de stabilité globale des prix au cours de cette semaine du 21 au 27 octobre 2021. Les quelques rares fluctuations, dispersées dans cet environnement de prix invariants, ne donnent aucune tendance particulière sur les marchés de production. Ainsi, les prix collectés sur les marchés ruraux sont stables pour 66%, en baisse pour 17% et en hausse pour 17%. S’agissant des prix enregistrés sur les marchés de consommation, ils sont stables pour 90%, en hausse pour 6% et en baisse pour 5%. Sur les marchés ruraux, les baisses de prix ont concerné surtout le maïs et les riz locaux dont les récoltes ont débuté depuis le mois passé. S’agissant des hausses de prix, elles portent essentiellement sur le mil et le sorgho dont les récoltes
viennent à peine de commencer. En valeur absolue, les amplitudes des fluctuations de prix observées cette semaine sont surtout de 10 FCFA par kilo sur les marchés ruraux et de 25 FCFA par kilo sur les marchés de consommation. L’environnement des zones rurales et des circuits commerciaux se caractérise par la poursuite de l’insécurité qui continue d’impacter négativement sur les activités des acteurs opérant dans ces secteurs. Cette menace est exacerbée par la baisse de la pluviométrie en certains endroits du pays et l’arrêt précoce des pluies dans d’autres.
La conjugaison de tous ces facteurs ne fera qu’augmenter les contrastes dans l’évaluation de la campagne agricole à travers le pays en général et dans les différents bassins de production en particulier.

Actuellement, les prix au producteur des céréales tendent à baisser avec l’arrivée sur les marchés ruraux des premières récoltes, notamment celles du maïs et du riz local.
S’agissant des marchés de consommation, les prix au détail ont tendance à rester relativement stables avant que les opérations de récolte ne se généralisent à travers le pays.
Durant cette semaine du 21 au 27 octobre 2021, les quantités de riz vendues sur les marchés ruraux dans les zones de l’Office du Niger ont légèrement baissé. Malgré la poursuite de l’arrivée des nouvelles récoltes sur les marchés, cette baisse provient partiellement du sabotage du pont « déversoir » reliant Diabaly à Dogofry par des hommes armés. S’agissant des quantités expédiées de cette zone vers d’autres localités du pays, elles ont également baissé de -11%. Le nombre des personnes déplacées internes dans la zone s’accroît quotidiennement. Toute chose qui augmentera les besoins d’assistance alimentaire en faveur de ces populations démunies.
Dans cette même zone de l’Office du Niger, les missions de bonne volonté pour arrêter les violences entre les chasseurs Donsos et des groupes armés ne semblent pas apporter les résultats escomptés pour empêcher la dégénérescence d’une situation continuant de perturber les circuits commerciaux et les travaux champêtres. Ainsi, la prudence doit rester de mise pour les acteurs fréquentant les marchés de cette zone.

Actuellement la demande reste relativement forte à cause des effets combinés de plusieurs facteurs dont entre autres: la poursuite de la gestion parcimonieuse des stocks au niveau des producteurs qui en détiennent encore, l’augmentation de la précarité en relation avec le COVID-19, la persistance de l’insécurité et des conflits communautaires en plusieurs endroits du centre et du nord du pays et la propension, non seulement, des commerçants à reconstituer la totalité ou du moins une bonne partie de leurs stocks commerciaux, mais aussi, des familles possédant les moyens financiers de reconstituer leurs réserves alimentaires céréalières au seuil de cette période de récolte.
Les échanges des produits agricoles locaux avec tous les pays voisins s’effectuent comme d’habitude depuis l’ouverture de la frontière entre le Mali et la Guinée Conakry le 29 septembre 2021. L’état d’approvisionnement des marchés est globalement moyen. Ainsi, les offres céréalières sur les marchés arrivent à satisfaire les besoins de consommation à travers le pays.

Download communique_du_21_au_27_octobre_2021.pdf
PDF - 366.49 KB