Mali

Mali

OMA : Communiqué des marchés Agricoles du 16 au 22 Septembre 2021

Post date Friday, 24 September, 2021 - 14:15
Month(s) covered 2021-09
Document Type Periodic Monitoring Report
Content Themes Markets
Sources Other

Durant cette semaine du 16 au 22 septembre 2021, la stabilité reste l’attitude dominante des prix sur les marchés céréaliers. Ainsi, les prix collectés, au cours de cette semaine, sont stables à 67% sur les marchés ruraux et à 91% sur ceux de consommation. S’agissant des quelques rares et faibles fluctuations enregistrées en marge de cette fixité globale des prix, elles sont majoritairement à la hausse. Ainsi, les fluctuations des cours des céréales observées cette semaine sont, sur les marchés ruraux, des hausses pour 22% et des baisses pour 11%. Il en est de même sur les marchés de consommation, où les variations observées, durant cette semaine sous observation, sont des hausses pour 6% et des baisses pour 3%.

Sur les marchés ruraux, les fluctuations de prix enregistrées cette semaine sont pour la plupart d’amplitudes de 5 F CFA le kilo. S’agissant des variations des prix sur les marchés de consommation, leurs amplitudes sont majoritairement de 25 F CFA le kilo.

Dans les zones de l’Office du Niger, la persistance de l’insécurité et l’état défectueux des routes à cause des pluies font que les quantités vendues sur les marchés ruraux et celles expédiées vers d’autres localités du pays fluctuent sensiblement d’une semaine à l’autre. Ainsi durant cette période d’observation du 16 au 22 septembre 2021, les quantités de riz locaux vendues sur les marchés ruraux de la zone de l’Office du Niger sont en baisse. Il en est de même des quantités totales de riz en provenance de la zone de l’Office du Niger pour l’approvisionnement des autres localités du pays, elles ont également baissé de -21% durant cette semaine.

Dans la zone de l’Office du Niger, la prudence doit rester de mise pour les acteurs fréquentant les marchés à la suite de l’existence d’une insécurité, qui s’intensifie depuis la violation, le 03 juillet 2021, de l’accord de cessez-le feu entre les Donsos et les Djihadistes. Il y lieu de rappeler que cet accord, conclu depuis le 14 mars 2021, sous l’égide du Haut Conseil Islamique, avait jusqu’avant sa violation permis d’améliorer la sécurité dans la zone et d’assurer le fonctionnement quasi normal des circuits commerciaux. A la suite de la violation de cet accord, les efforts d’entente, initiés par le Gouvernement de transition, les religieux et des belligérants de bonne volonté, ne semblent pas apporter les résultats nécessaires pour empêcher la dégénérescence d’une situation qui perturbe, non seulement, les circuits commerciaux, mais aussi, les travaux champêtres.

 Durant cette période de soudure, dans le but de soulager la souffrance des populations vulnérables, des assistances alimentaires de natures et d’origines diverses continuent d’être réalisées à travers le pays. Du côté de l’Etat, il y a eu depuis le 06 juillet 2021, le lancement de la mise en œuvre du Plan National de Réponses 2021. Ce plan se poursuit à travers le pays. La composante assistance alimentaire de ce plan permet d’aider durant cette soudure 2021 les populations affectées par l’insécurité alimentaire et la pandémie du COVID-19.

En cette période de soudure, la demande reste relativement forte à cause des effets combinés de plusieurs facteurs dont entre autres : la poursuite de la gestion parcimonieuse des stocks au niveau des producteurs, l’augmentation de la précarité en relation avec le COVID-19, la persistance de l’insécurité et des conflits communautaires en plusieurs endroits du centre et du nord du pays.

Hormis la Guinée où des mesures ont été prises officiellement pour empêcher la propagation du COVID-19 et où vient de se produire un changement de régime le 05 septembre 2021, rien n’empêche les échanges des produits agricoles locaux avec les autres pays de la sous-région. L’état d’approvisionnement des marchés est globalement moyen. Ainsi, les offres céréalières sur les marchés arrivent à satisfaire les besoins de consommation à travers le pays.

NB : Il est à noter que l’écart important des fourchettes de prix du mil réside dans la qualité selon les zones de production. Les mils en provenance des régions de Sikasso et Mopti sont réputés de meilleure qualité que ceux de la région de Ségou.

Download communique_du_16_au_22_septembre_2021.pdf
PDF - 349.34 KB