Mali

Mali

About

Capital Bamako
Population 20.537.000

En situation projetée (juin à août 2022) : 156 560 personnes seront en phase urgence soit 0,72% de la population totale ; 1 684 507 personnes en phase crise soit 7.76%. Le nombre de personnes qui pourront se trouver dans la phase 2 est de 4 411 105 personnes soit 20,33% de la population du pays.

En raison des productions céréalières moyennes à mauvaises, les disponibilités alimentaires sont moyennes à faibles, avec des poches de baisses importantes de productions dues à l’insuffisance pluviométrique, aux inondations et à la situation d’insécurité entrainant des abandons de champs et des incendies de récoltes. Les perspectives de productions de coton sont bonnes à moyennes. Quant aux tubercules et des cultures maraîchères, elles ont été moyennes à bonnes. Les perspectives de productions pour les cultures de la contre-saison sont moyennes.

Les pâturages et les conditions d’abreuvement du bétail sont moyens à mauvais. La biomasse fourragère globalement normale à déficitaire, présente des poches d’importants déficits par rapport à la moyenne 1998-2020 particulièrement dans le nord et le Sahel occidental. Les perturbations de mouvement des troupeaux à cause de l’insécurité limitent l’accès à certains parcours notamment dans les zones de conflit du centre et du nord du pays où des pertes importantes de bétail sont aussi signalées par vol ; ce qui affecte négativement l’alimentation du bétail et les productions animales. La reprise de la filière coton présage d’un approvisionnement moyen en concentré aliment de bétail. La production de lait est moyenne dans l’ensemble.

Les productions halieutiques et aquacoles sont moyennes, toutefois, en baisse par rapport à l’année dernière en raison du faible niveau de remplissage des zones de frayage des poissons.

Les marchés céréaliers sont suffisamment approvisionnés en diverses céréales d’origine locale et autres. Les disponibilités physiques sont globalement moyennes. L’ampleur de la baisse saisonnière des prix des céréales est faible. En effet, les prix des céréales, malgré les deux années consécutives de bonnes productions, sont restés à des niveaux élevés. Cette tendance à la hausse se maintiendra au vue de l’allure peu satisfaisante de la campagne agricole à travers le pays. En perspectives, les prix des céréales évolueront à la hausse par rapport aux moyennes quinquennales. Les marchés à bétail sont bien fournis avec des prix proches de la moyenne. En raison des niveaux élevés des prix des céréales, les termes de l’échange seront défavorables à la grande majorité des pasteurs.

La situation nutritionnelle selon la MAG issue de l’ENSAN pour la période courante et de la médiane MAG issue de la série SMART, reste préoccupante dans le pays à cause entre autres, des mauvaises pratiques alimentaires, de déficit alimentaire, de l’insécurité civile qui limite l’accès aux services sociaux de base et de la prévalence élevée des maladies liées aux mauvaises conditions d’hygiène.

L’accès à l’eau potable est limité dans bon nombre de localités du pays.

Des mouvements inhabituels de populations en lien avec la persistance voire la recrudescence de l’insécurité se poursuivent dans les régions du centre, du nord (Mopti, Gao, Ségou, Tombouctou et Ménaka) et en partie au Sud. A la date du 30 septembre 2021, les PDI sont estimés à 69 696 ménages pour 401 736 personnes (DTM, septembre 2021).